Qui sommnes-nous?

Historique

BikounetPetite piqure de rappel à ceux qui l'auraient oublié, aux "petits nouveaux" qui n'ont pas connu Sabathé (et la montée en Top 16), et pour tous ceux et celles qui ne le savent pas :

“BIKOUNET”, mascotte du MHRC, est une création du Club Historique des Supporters du MHRC, auquel il appartient.

L'histoire remonte à notre accession en Top 16 en 2003, lorsque le C.H.d.S. a commencé à prendre véritablement son envol, un an environ après sa création. Auparavant, le MRC avait 3000 spectateurs en moyenne à Sabathé ( contre 250 en 1999…) et pas de club de supporters officiel et structuré… .

A l'initiative de Florence, notre présidente à l'époque, un vote a été lancé au sein de la totalité des joueurs de l'équipe 1ère de l'époque. Ceci afin de déterminer quel animal totémique les représenterait du mieux possible. Les résultats ont été très serrés entre le cheval et le taureau de Camargue, et c'est le cheval de Camargue qui s'est imposé d'une voix.

Contrairement à ce que pensent de nombreuses personnes, cette mascotte a été ENTIEREMENT FINANCEE par le C.H.D.S. du MHRC, SANS AUCUN AUTRE APPORT EXTERIEUR.

Quant-à son nom, “Bikounet”, il vient d'un dirigeant, et père d'un joueur emblématique du club qui appelait ainsi son neveu, (qui jouait aussi au MHRC), de ce nom depuis le bord de touche de Sabathé. Et dont les " Allez Bikounet ! ", criés d'une voix de stantor, devenus fameux, ont marqué pour longtemps les mémoires de ceux qui étaient présents au vieux stade champêtre du quartier Saint Cléophas.

Ce cheval est emblématique d'une magnifique aventure humaine pour tous ceux et celles qui l'ont vécue, quelque soit leur statut dans le club. Avec, comme apothéose, la victoire suffoquante et haletante à la suite d'interminables prolongations lors d'un match inoubliable à Montauban. Une victoire aux forceps et collective, synonyme de montée de notre petit club familial dans la cour des grands.

Toutes les composantes du MRC de l'époque, joueurs, élus, staff, dirigeants, supporters, etc, partis de rien, (et quelque peu méprisés par le moundillo du rugby); tant nous vivions dans l'ombre du "Grand Béziers", et dans l'indifférence quasi-générale des Montpelliérains; tous ces amoureux de rugby de la première heure resteront marqués à vie de ces moments de joie et de ferveur collective si durement gagnés après tant d'années de galère et de mépris. C'est cet enracinement “à la dure”, et contre vents-et-marées, qui explique la relation privilégiée que nous avons noués avec nos joueurs et la présidence du club au fil des années. Une légitimité acquise après des kilomètres et des kilomètres de route par tous les temps et sur tous les stades de France et de Navarre. Partageant tout : le bonheur des victoires comme la peine des défaites. Notre mascotte symbolise tout cela à la fois.

En effet, quel plus beau symbole qu'un courageux et malin petit cheval de Camargue capable de survivre à toutes les vicissitudes dans un milieu hostile ?

Montpellier et son club de rugby désormais intitulé MHR, est maintenant bien identifié partout en France grâce à notre “crin blanc”. Et c'est un bonheur pour tous ceux qui ont vécu cette histoire que de le voir à la télé, bras-dessus, bras-dessous avec les différentes mascottes ou supporters des clubs adverses.

Il a été invité au stade de France il y a maintenant plus de deux ans pour la finale du Top 14, et fait le bonheur des petits et grands qui aiment ses câlins ou être pris en photo avec lui. On le voit désormais régulièrement à la télé faire le tour des terrains sous l'oeil amusé de tout le public. Bikounet est désormais l'une des mascottes “chouchou” des caméras de télévision, et ceux qui sont assis à ses côtés, notamment lors des matches à l'extérieur, savent bien qu'à un moment où à un autre, ils passeront à la télé.

Et depuis plusieurs années, il s'est même créé un groupe de “Bikounaïres” venant à chaque match depuis la Camargue toute proche, chez un groupe de jeunes et dynamiques membres. En retour, ils représentent notre C.H.d.S. du MHR dans les fêtes votives et les courses de taureaux, notamment à Lunel et à Vauvert. Et parfois jusqu'aux plus lointaines courses de tout le delta du Rhône.

Outre son côté fédérateur, tout cela contribue ainsi à maintenir partout notre bonne image, grâce à cette Convivialité et cet Esprit qui appartiennent au rugby et qu'on retrouve aussi dans la Bouvine et la “Fé di biou”. Voilà une mascotte qui nous va bien, car ici on aime les deux !!

De la même façon, c'est à la demande expresse de nos jeunes “Bikounaïres”, que la “Coupo Santo”, (chant traditionnel Provençal et Camarguais), est joué par la pena au moment où nos joueurs viennent nous saluer, à la fin de chaque match à Yves-du-Manoir. Et ce depuis notre arrivée au nouveau stade, comme lors de chaque course camarguaise.

La Camargue si proche revient enfin pousser sa corne jusqu'au sud de la ville. Le nouveau stade aurait-il définitivement remplacé les anciennes arènes en bois du quartier du Pré-d'arènes, si bien nommé ? La notoriété de notre petit cheval blanc semble le prouver.

Date de dernière mise à jour : 18/09/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site